une fondation

Générations bio
fondation d’utilité publique
75, rue du petit Sart, 1390 Grez-Doiceau
dons: BE96 3701 2906 0005

Le devoir des citoyens de l’Est du Brabant-Wallon
d’interpeller nos dirigeants des communes (et des fabriques d’églises).

Le CPAS d’Incourt va-t-il imiter le CPAS de Perwez ?

« Achetez de la terre, on n’en fabrique plus » écrivait déjà Mark Twain au 19ème siècle.

Le CPAS de Perwez vend publiquement aujourd’hui (aux enchères jusqu’au 31 mai) 12 hectares de terres agricoles pour financer ses nouveaux projets sociaux.

Carl Vandoorne révèle également que le CPAS d’Incourt va vendre 15 ha de terre pour récolter des fonds pour développer ses missions. Une quinzaine d’agriculteurs de la localité viennent d’être consultés par courrier personnel.

En extrême urgence, Carl Vandoorne, le président de l’asbl « Le Tournesol » (1) et le co-fondateur de Générations.bio, interpelle, à nouveau, tous nos élus pour qu’ils cèdent en priorité leurs biens publics à des jeunes maraîchers et/ou agriculteurs bio du coin. « Chez nous, la demande des consommateurs en produits bio augmentent sans cesse. Pour répondre à cette explosion, nous devons importer des légumes et viandes de France, des Pays-Bas, d’Italie, d’Autriche… ».

Et Carl Vandoorne d’alerter actuellement les 350 familles membres de son association : En ce printemps 2016 d’autres élus brabançons de CPAS se libèrent d’une partie de leur patrimoine « mais pourquoi parfois en catimini ? »

Aussi, il appelle dans la toute nouvelle édition de mai du trimestriel Le Tournesol ses membres et habitants de l’Est du Brabant-Wallon :« Invitons vivement nos mandataires à prolonger leurs actions sociales en privilégiant les offres financières qui seront faites par les agriculteurs bio du coin qui privilégient par leur travail :

1. le respect des plantes, des animaux, des sols et de la sauvegarde des nappes phréatiques par la pratique de cultures exemptes de tout engrais chimique ou de produits de synthèse;
2. le développement de la biodiversité et à la bonne santé et alimentation de nos familles,
3. la sauvegarde des emplois locaux pour des wallons à la recherche d’emplois utiles dans nos communes. Les productions végétales et/ou animales plus saines pourrons enrichir les étales des commerces de la région en produits cultivés dans les communes de nos Ardennes Brabançonnes,
4. soutenir cette autre agriculture. Pareilles priorités ont beaucoup plus de sens que le soutien à des exploitants locaux et utilisateurs intensifs de chimie, nettement moins générateurs de jobs de proximité, moins sensibles aux circuits courts ».

L’énorme succès du film « Demain » (www.demain-lefilm.com) qui est toujours projeté dans nos régions (visionné par plus d’un million d’étudiants, de parents et grands-parents) atteste de l’envie et du besoin général des consommateurs et des citoyens au retour d’une agriculture plus propre, porteuse de sens.

Carl Vandoorne caresse le rêve que nos dirigeants soutiendront les Appels pressants « pour une autre agriculture – plus respectueuse de la nature et de la santé des hommes lancés par des sages tel notamment le paysan et philosophe Pierre Rabhi, le professeur Olivier De Schutter (Ex-Rapporteur pour le Droit à l’Alimentation) et l’Appel du Pape François (dans sa nouvelle encyclique « Laudato Si »).

le Cercle Horticole Biologique de Chaumont-Gistoux – qui rassemble plus de 350 familles des communes de l’Est du Brabant-Wallon. + d’infos via www.letournesolasbl.be ou auprès de la fondation d’utilité publique : www.generations.bio

QWT_1974

Légende « Photos Médialogues » (libres de droit de reproduction)

Déjà, le 19 février 2014, rassemblés à Grez-Doiceau à l’occasion de la projection du Film « Pierre Rabhi : Au nom de la Terre » à Grez-Doiceau plus de 150 membres du Cercle Le Tournesol et de la locale Est de Nature & Progrès lèvent les deux bras pour soutenir l’Appel qui vient d’être justifié par leur président, Carl Vandoorne.

Carl Vandoorne ici avec Pierre Rabhi, chez lui dans sa ferme en Ardèche. Ils ont eu l’occasion de reparler de l’enjeu et de l’impérieuse nécessité de soutenir ces jeunes candidat-e-s maraîchers bio à l’accès aux terres agricoles, notamment dans nos Ardennes Brabançonnes..

et à Louvain-la-Neuve le 12 janvier 2016 Mgr Josef De Kesel, nouvel archevêque et président de la Conférence des Evêques de Belgique en discussion avec Carl Vandoorne co-organisateur et animateur de la conférence « Osons une écologie intégrale » qui rassembla plus 600 personnes venues écouter S.E. Mgr Sanchez Sorondo (Le messager du Vatican), Jean-Pascal van Ypersele (Climatologue UCL), Brigitte Chanoine (Recteur de l’ICHEC), Thomas d’Ansembourg (psychothérapeute et écrivain).

Extraits de l’Acte de Constitution de notre

fondation d’utilité publique : Générations.Bio

SUR PROPOSITION DE MONSIEUR K. GEENS, MINISTRE DE LA JUSTICE, SA MAJESTE LE ROI PHILIPPE DE BELGIQUE A SIGNE L’ARRÊTE ROYAL DE LA NOUVELLE FONDATION D’UTILITE PUBLIQUE, « GENERATIONS BIO » EN DATE DU 20 JANVIER 2015.

L’ACTE COMPLET DE CONSTITUTION A ETE ENSUITE, CONFORMEMENT A LA LOI, PUBLIE AU « MONITEUR BELGE » EN DATE 23/02/215

Par L’AN DEUX MILLE QUATORZE, LE VINGT-NEUF OCTOBRE devant Pierre NICAISE, notaire associé de résidence à Grez-Doiceau,

En son étude, ONT COMPARU

1. Baron del MARMOL Hubert,

2. Monsieur VANDOORNE Carl,

Lesquels comparants nous ont requis de dresser par les présentes les statuts de la fondation d’utilité publique qu’ils déclarent constituer conformément à la loi du 27 juin 1921 ;

AFFECTATION DE PATRIMOINE

Pour constituer la fondation dont question aux présentes, les comparants déclarent affecter ensemble vingt mille euros (€ 20.000,00), à la réalisation des buts dont question ci-dessous. Cette somme a été déposée au compte de la fondation en formation auprès du notaire instrumentant.

I. STATUTS

Les comparants arrêtent comme suit les statuts de la fondation :

TITRE 1er – CONSTITUTION

Article 1er : Fondateurs – La fondation est créée par le Baron del MARMOL Hubert Claude Eric Joseph Ghislain, né à Leuven le 14 octobre 1964, célibataire, domicilié à 1390 Grez-Doiceau, rue du Petit Sart 75 et par Monsieur VANDOORNE Carl, né à Frameries le vingt-six décembre mil neuf cent cinquante-quatre, divorcé non remarié, domicilié à 1000 Bruxelles, rue Fulton, 15,

ci-après dénommés « les fondateurs ».

Article 2 : Dénomination – La fondation prend la dénomination de « Générations.Bio».

Tous les actes, factures, annonces, publications et autres documents émanant de la fondation mentionnent la dénomination de la fondation, précédée ou suivie immédiatement des mots « fondation d’utilité publique», ainsi que de l’adresse du siège de la fondation.

Article 3 : Siège – Le siège de la fondation est établi en Belgique à 1390 Grez-Doiceau, rue du Petit Sart 75 dans l’arrondissement de Nivelles.

Article 4 : Buts – La fondation a pour buts désintéressés de contribuer à la transition vers une société plus écologique, plus humaine, respectueuse de la Terre et des Hommes afin de garantir un avenir et un développement durable à notre société, c’est-à-dire un développement basé sur des modèles de société démocratique et des modes de vie offrant une place centrale à la justice sociale, la solidarité, l’égalité des chances entre tous les êtres humains mais aussi au respect des grands équilibres écologiques.

Elle agira par la promotion, l’éducation – notamment l’éducation permanente – et le soutien à une agriculture biologique, paysanne et/ou familiale en assurant aux agriculteurs un juste salaire, en fournissant à la population des produits biologiques sains et en faisant vivre le milieu rural.

Elle veillera notamment à promouvoir les initiatives suivantes :

– une agro-écologie, sans pétrole (sans chimie ni pesticides), des modèles énergétiques utilisant les forces inépuisables de l’eau, du soleil et du vent ;

– des campagnes d’accès à la terre agricole pour des hommes et des femmes qui veulent revenir aux bonnes et saines pratiques agricoles et d’élevages (petit ou grand). Il en va du droit aux partages équitables des accès aux espaces naturels et agricoles pour tous et défendre les droits et intérêts des personnes subissant des nuisances et préjudices liés aux pratiques agricoles chimiques ;

– des économies locales qui organisent une répartition équitable de nos richesses et encouragent l’autonomie du plus grand nombre ;

– des entreprises mettant leur savoir-faire et leur rentabilité au service de la réparation des écosystèmes ;

– des paysages et zones riches en biodiversité. La Fondation veut contribuer à la préservation du tissu vivant de notre planète, dans toutes ses composantes génétiques, spécifiques et fonctionnelles ;

– des bâtiments peu énergivores, faits de matériaux sains et locaux, produisant plus d’énergie qu’ils n’en consomment ;

– des modèles industriels zéro déchet, utilisant les rebuts pour créer des produits nouveaux ;

– des lieux où chaque enfant, chaque jeune, chaque individu peut s’épanouir et se découvrir progressivement et librement, tel qu’il est…

– l’éco et l’agritourisme, comme zone de ressourcements pour les citoyens et première étape possible pour qu’ils privilégient ou adoptent les produits biologiques ;

– occasionnellement des zones et activités de ressourcement intérieur (yoga, développement personnel, communication non-violente, etc…).

P1190946

L’acte de création de la fondation « Générations.bio » a été signé en l’Etude de Maître Pierre Nicaise de et à Grez-Doiceau le 29 octobre 2014.

Article 5 : Activités – En prenant en compte les dimensions économiques, sociales et environnementales, la Fondation poursuivra la réalisation de ses buts par tous les moyens et, notamment, sans que cette énumération soit limitative, par :

– l’archivage, le développement d’une « bio’thèque » et d’un « Fond documen’terre » rassemblant des écrits et supports digitaux pour usage professionnel et pédagogique et adapté aux publics cibles : débutants, étudiants, militants, stagiaires, maraîchers ou agrobiologistes ;

– le soutien en tant que fondation « couveuse » pour permettre momentanément à des nouveaux maraîchers de tester, valider, leur projet bio ;

– le soutien financier, l’assistance technique ou matérielle, les conseils professionnels à des éleveurs bio, maraîchers bio ou agrobiologistes ;

– l’organisation ou la participation à des recherches, des formations, rédaction d’ouvrages, plaquettes, ou supports didactiques (papiers ou numériques) théoriques ou pratiques visant à promouvoir le développement de la production privée ou commerciale biologique dans nos régions d’Europe et aux quatre coins de la planète ;

– l’organisation ou la participation sans limitation d’âges, à des stages, des team building, foires, ateliers, conférences, expositions, forums, concerts, spectacles, autres activités artistiques ;

– la promotion des arts éphémères ou persistants, en lien avec ses buts ;

– l’octroi de prix, de bourses, de subsides en lien avec ses objectifs et visant notamment à promouvoir des recherches ou des études scientifiques en rapport avec le développement durable ;

– l’acquisition et la gestion de tout bien immobilier ;

– la prise de participation directe ou indirecte dans toutes sociétés ou entreprises agricoles , commerciales, industrielles, financières, mobilières et immobilières pour autant que ces sociétés et entreprises respectent une haute valeur éthique et les principes d’un développement durable ;

– la prestation d’avis techniques, financiers, commerciaux ou administratifs dans le sens le plus large du terme ; à l’exception des conseils de placement d’argent et autres, fournir son assistance et exécuter des services directement ou indirectement sur le plan de l’administration et des finances , de la vente, de la production et de la gestion en général ; fournir toutes prestations de service et exécuter tous mandats sous forme d’études, d’organisations, d’expertises, d’actes et de conseils techniques ou autres dans tout domaine rentrant dans le cadre de la réalisation de ses buts ;

La Fondation peut agir légalement en justice, chaque fois qu’elle perçoit un risque, une atteinte à notre environnement (notamment urbanistique) mais aussi à la biodiversité, à l’air, à la sauvegarde de nos sols et sous-sols et d’une façon générale au développement durable.

La Fondation est encouragée à développer des synergies et collaborations avec des universités, Hautes-Ecoles, institutions, fondations, O.N.G./associations sœurs ou cousines qui œuvrent pour des buts semblables tant en Belgique que dans le monde. Elle ambitionne d’être un acteur, un partenaire aussi efficace que possible dans la coopération au développement, notamment via son soutien à des initiatives s’inscrivant dans l’agro-écologie, le slow-food ou autres initiatives similaires dans le but de sauvegarder le bien-être et la qualité de vie de l’humain sur notre planète.

La Fondation veillera, dans toutes ses activités, à sauvegarder son autonomie politique, son indépendance vis-à-vis des groupes d’intérêt économique et financier et des religions.

La Fondation sera ouverte à toutes les formes de cultures « naturelles » (biologique, permaculture, biodynamique, etc…) sans jamais recourir à – ou cautionner – l’utilisation d’ OGM ou de produits de synthèse

La fondation pourra également accomplir tous les actes se rapportant directement ou indirectement à ses buts, notamment prendre toutes initiatives, susciter toutes collaborations, recueillir toutes libéralités ou tous prêts, en nature ou en espèces, organiser toutes opérations ou prendre toutes mesures susceptibles de contribuer à la réalisation de ses buts, dans le respect de la loi. La Fondation est habilitée à assurer la gestion de Fonds créés par des citoyens qui désirent également soutenir au minimum un des buts ou activités mentionnés aux articles 4 et 5.

P1250716

Article 6 : Durée – La fondation est créée pour une durée indéterminée

(…)

II. TITRE II. – ADMINISTRATION

Conseil d’administration – composition et pouvoirs

Article 7 : Conseil d’administration – La fondation est administrée par un conseil d’administration composé de trois (3) personnes et sept (7) au plus. Les administrateurs peuvent être des personnes physiques ou morales.

Chaque personne morale qui dispose d’un mandat d’administrateur au sein de la fondation désigne un représentant permanent et communique son nom, par écrit, au conseil d’administration. Son vote éventuel est exprimé par son représentant ou le délégué de celui-ci.

Article 8 : Président, trésorier et secrétaire – Le conseil désigne, parmi ses membres, un président. Aussi longtemps que le Baron del Marmol exerce un mandat d’administrateur, il exercera également le mandat de président. En cas d’absence ou d’empêchement du président, l’administrateur le plus âgé est désigné pour le remplacer. (…)

Pour remplir au mieux ses missions, le conseil d’administration a l’opportunité de constituer des Collèges d’appui tel qu’un collège scientifique, etc… Ces Collèges d’appui pourront émettre à leurs initiatives ou à la demande du conseil d’administration des avis et recommandations au conseil d’administration qui les approuve ou non ensuite par un vote.

P1250707

Article 9 : Pouvoirs – Le conseil d’administration a le pouvoir d’accomplir tous les actes nécessaires ou utiles à la réalisation des buts de la fondation.

Administrateurs : Est désigné en qualité d’administrateur pour une durée de 6 ans :

Monsieur Eric Jacques DAMIENS, né à Bruxelles le 16 juin 1942, domicilié à 7061 Soignies (Casteau), rue des Combattants, 41.

Ici présent et qui accepte le mandat.

Sont également administrateurs de droit pour une durée indéterminée en leur qualité de fondateurs :

– Baron del MARMOL Hubert Claude Eric Joseph Ghislain, né à Leuven le 14 octobre 1964, domicilié à 1390 Grez-Doiceau, rue du Petit Sart 75,

– Monsieur VANDOORNE Carl, né à Frameries le 26 décembre 1954, domicilié à 1000 Bruxelles, rue Fulton, 15

Conseil d’administration :

Est de droit président du conseil d’administration : Baron del Marmol Hubert, préqualifié.

Les administrateurs, réunis en conseil, désignent pour une durée de 6 ans, en qualité de :

a) Secrétaire : Monsieur Carl Vandoorne ;

b) Délégué à la gestion journalière : Monsieur Carl Vandoorne,

Ici présent et qui accepte.

(..)

DONT ACTE,

Fait et passé lieu et date que dessus.

Et après lecture intégrale et commentée, les comparants et l’administrateur présent ont signé avec Nous, Notaire.

P1250728

Ici, trois fragments, parmi d’autres d’une gouache de Paul CAPPELLE, illustrant à merveille la petite agriculture & paysanne, fin des années 1930, … dans nos Ardennes Brabançonnes.

(Inutile de le cacher, P. CAPPELLE fut un élève du célèbre artiste-peintre, Anto Carte). Collection privée : Carl Vandoorne.